Lettre ouverte au Président de la FFF

FOOTLEAKS REUNION
Ile de la Réunion le 17  avril 2018

LETTRE OUVERTE à Monsieur Noël LE GRAET
Président de la Fédération Française de Football
Boulevard de Grenelle – PARIS

Monsieur le Président de la Fédération Française de Football,

Permettez-nous tout d’abord de nous présenter :  nous sommes des licenciés de la Fédération Française de Football appartenant à la Ligue Réunionnaise de Football. Notre groupe s’est constitué au lendemain des dernières élections du Comité de la LRF du 18 décembre 2016. Nous portons la voix des 40% d’électeurs qui ont rejeté un système en place depuis des années.

Nous avons délibérément choisi l’anonymat  « FOOTLEAKS REUNION » puisque vous n’êtes pas sans savoir,  Monsieur le Président, que  tout  opposant ou supposé opposant, fait l’objet de sanctions, de brimades, de pressions, d’insultes et de menaces. La liberté d’expression est interdite. D’ailleurs, ce lourd contentieux existe depuis des années, mais on ne vous apprend rien !

Monsieur le Président, nous vous interpellons suite à la publication du Rapport Public Annuel 2018 de la Cour des Comptes.

L’expertise des Rapporteurs brosse un portrait peu reluisant de notre organe de Tutelle « la Fédération Française de Football ». Elle jette un pavé dans la mare.  Votre mode de gouvernance y est très critiqué !

Le journal le Monde dans son édition titre : « Les largesses de la riche Fédération Française de Football.» Le titre parle de lui-même.

Comment ne pas susciter de l’indignation, quand une Fédération se vautre dans l’opulence, alors que le football amateur est en souffrance…

De par ses statuts, la Fédération est une association régie par la loi 1901 et reconnue d’utilité publique. Elle a une mission de service public déléguée par l’État. Tout comme ses organes déconcentrés d’ailleurs.

Pourtant son mode de fonctionnement détonne, à la lumière des informations du rapport : –  «aisance financière …générosité envers des dirigeants … au-delà de certains salaires “exceptionnels”, le personnel bénéficie de conditions de rémunérations et de travail très favorables » développent les rapporteurs. « La politique salariale s’est avérée très généreuse ces dernières années : augmentations générales de 3 % par an, abondement du plan d’épargne entreprise, accord relatif à la participation, accords d’intéressement basés pour partie sur les résultats financiers de la Fédération, alors qu’il conviendrait de privilégier des critères correspondant à l’objet même de cette dernière : le développement de la pratique sportive »

Nombreux sont ceux qui s’interrogent. Ne sommes-nous pas en présence d’une grande entreprise du CAC 40 ? Un train de vie très confortable, déplacements en avions privés (27 sur une année vous concernant !), de généreux dividendes, des privilèges…  Tout cela tranche avec la réalité des clubs amateurs qui sont les piliers du football français et qui tirent le « diable par la queue ».

A la Réunion, la grosse majorité des clubs vit cette précarité financière à chaque saison.

Monsieur le Président, vos tentatives d’explications peinent à convaincre : « Je suis un bénévole.  Je suis disponible à tout moment. » Dans ce cas, nous sommes des milliers et nous n’avons pas la même conception du bénévolat ! Les plus méritants sont « les derniers des cordées ». Ceux qui se consacrent quatre ou cinq fois par semaine à leur club avec des moyens limités. Ceux qui sont corvéables à tous les niveaux (intendance, transport des jeunes, confident…). Ceux  qui interviennent  sans relâche auprès de cette jeunesse,  ces «  petites mains anonymes » qui apportent leur pierre à l’édifice,  ne réclament  et n’attendent rien en retour : ce sont des passionnés !

Monsieur le Président, votre missive du 5 avril 2018, adressée personnellement aux présidents de chaque club amateur, en dit long sur l’émotion suscitée par la diffusion de ce rapport. De mémoire, nous n’avons jamais eu cet honneur, habituellement réservé à vos grands électeurs.

« La FFF veut donner la priorité au développement du football en renforçant son action d’aide et de soutien en faveur des clubs ». « Tous les clubs français vont recevoir une dotation en ballons pour lancer ce partenariat dont l’ambition est de servir concrètement l’ensemble du football amateur. » dites-vous.

N’est-ce pas là, l’une des missions dévolues à la Fédération ? Une dotation de ballons ! Pourquoi pas, mais n’y a-t-il pas d’autres leviers à actionner ?

Le 16 décembre 2017, l’Assemblée a voté l’augmentation d’1 euro, la part fédérale sur les licences. Le règlement entrera en vigueur pour la saison 2018 -2019. Vous allez donc récupérer 2,2 millions d’Euros sur le dos des licenciés ! A la lecture de ce rapport qui pointe des dépenses pas toujours justifiées et parfois abusives dont vous bénéficiez, cette augmentation du prix de la licence passe mal !  Le football réunionnais est cher.  Les clubs ont augmenté les cotisations de 100 voire 150 %. Les jeunes sont les plus touchés. Cette décision aura certainement des conséquences sur le nombre de licenciés.

Par ailleurs, le rapport mentionne un autre point très important qui concerne « l’absence de réels contrepouvoirs ».

FOOTLEAKS s’inscrit complètement dans cette observation.  En effet, qui mieux que nous licenciés à la Réunion pour témoigner et dénoncer tous ces abus !  Nombreux parmi nous en avons fait l’amère expérience !

Effectivement, Monsieur le Président, les licenciés sont convaincus qu’être licencié ne procure que des devoirs. Pour faire valoir leurs droits, même les plus élémentaires, relevant d’une demande d’application des Règlements Fédéraux, ou du respect de vos propres statuts, ils sont déboutés ou tout simplement ignorés.

Face à cette intransigeance qu’est la machine fédérale, les licenciés sont dans l’obligation de se tourner vers les instances que sont le C.N.O.S.F. et les tribunaux, occasionnant des frais onéreux. Cela a pour effet de décourager les plus modestes de faire appliquer le droit. Après tout, n’est-ce pas là un bon moyen de dissuasion ?

L’absence « de contre-pouvoirs » conduit inéluctablement à certaines dérives que sont « l’abus de pouvoir » et  « l’abus d’autorité » dont jouit notre Président de Ligue à La Réunion :Il agit en toute impunité, et vous le savez !

Notre île que vous connaissez bien, Monsieur le Président, puisque votre dernière visite remonte à Janvier 2017, est une île dit-on  « à sensation »  ! En matière de football, nous sommes servis !

De plus, la Ligue Réunionnaise de Football est dans une situation administrative illégale depuis les élections du dernier Comité Directeur de décembre 2016. Qui sont les coupables de cette situation ?  A qui la faute ? Pas aux insulaires, mais à la Délégation Fédérale que vous avez appelée de vos souhaits, mandatée sous le sceau du Comité Exécutif afin de superviser le bon déroulement du scrutin après des années de turbulences. Délégation Fédérale composée par des hauts dignitaires, salariés de la Fédération pour certains, que sont :  Jean-Pierre Meurillon, Jean Lapeyre, Thomas Cayol et Joachim Bernard.

Au lieu de superviser, la Délégation est tout simplement venue réaliser un holdup, reléguant la Commission Régionale de Surveillance des Opérations Électorales dans un rôle de simple observateur. (Faisant fi des règlements statutaires). C’est très grave ce qui s’est passé lors de cette élection, et vous le savez également !

Cet « abus de pouvoir » ou « abus d’autorité » a pour conséquence, qu’aucun document chargé de valider la régularité, le contrôle des votants et la proclamation des résultats de vote n’a été émis à ce jour. Ce qui place le football réunionnais dans une situation surréaliste, connue de toutes les institutions concernées. C’est le moment « de siffler la fin de la récréation », avez-vous-même ajouté dans la presse locale en janvier 2017, concernant ces élections de décembre 2016.  Nous n’en saisissons pas bien le sens ?

Par ailleurs, FOOTLEAKS s’est procuré un article du 07/11/2017 faisant  foi de jurisprudence à propos d’une situation identique concernant le Comité Régional de Boxe. Il est dit que : «  le tribunal Administratif qui déboutera la Fédération Française de boxe le 25 Août dernier, jugeant qu’elle n’a pas à intervenir dans une élection du Comité Régional, entité indépendante. »

La Ligue Réunionnaise de Football étant une association indépendante, la Délégation Fédérale n’avait aucune légitimité pour interférer dans cette élection (ni dans aucune autre). L’ingérence abusive et arbitraire de la Délégation Fédérale lors du déroulement du processus électoral est manifeste. Est-ce aux simples licenciés de « porter le fer » et de dépenser, comme mentionné précédemment des milliers d’Euros pour que le droit soit respecté ? Allez-vous, Monsieur le Président, avoir le courage de prendre vos responsabilités et de reconnaître la faute de l’institution dans cette élection ? Si aucune juridiction n’est saisie, allez-vous y remédier, ou irez-vous jusqu’à laisser la Ligue de la Réunionnaise de Football dans cette impasse, avec un Comité Directeur illégal ?

La Fédération Française de Football n’a qu’un seul objectif : « servir le développement du football français », avez-vous déclaré. La Réunion est-elle concernée ?

Sous votre gouvernance, la Fédération Française de Football saura-t-elle relevé un autre défi : celui de l’exemplarité, de la transparence et d’une vraie démocratie ?

A FOOTLEAKS , où la perplexité est de mise, nous attendons un geste fort !

L’équipe FOOTLEAKS

Pour information: copie adressée au Ministère des Sports.