Quand la FFF veut influencer le vote de la FIFA, le Maroc ne nous dit pas merci

Réunis le 13 juin à Moscou à l’occasion du 68e congrès de la FIFA, les 203 délégués des pays-membres de l’instance autorisés à voter ont désigné la candidature portée par le Mexique, le Canada et les États-Unis pour l’organisation de la Coupe du monde 2026. Le projet «United» qui rassemblait les trois nations nord-américaines, a largement obtenu la majorité des suffrages avec 134 voix contre 65 pour le Maroc (3 abstentions et 1 vote «aucun des deux»).

La veille, à l’occasion du grand oral des deux candidatures, Noël Le Graët, Président de la FFF, a de nouveau voulu convaincre ses homologues européens de soutenir la candidature marocaine, pour laquelle la France s’est fortement engagée. « J’ai levé la main pour prendre la parole et j’ai été le seul à le faire. J’ai présenté une nouvelle fois la position de la France et les rapports amicaux que nous avons avec le Maroc, comme avec la plupart des pays africains. En disant que c’était peut-être le moment de rendre à l’Afrique ce qu’elle a donné au football européen. »

On ne peut que saluer l’efficacité et le poids de la FFF au sein de la FIFA !